A suivre: L'Empire
LA MONARCHIE ABSOLUE
 
       Jeanne de DURAT, devenue en seconde noce, l'épouse de Charles de LAMETH, baron de BUSSY, fait encore valoir ses droits en 1640. Leur fils, Antoine, François de LAMETH ( de gueules à la bande d'argent accompagnée de 6 croisettes recroisettées) hérite de la seigneurie avant de la transmettre à ses enfants en 1683. Famille LAMETH
A cette date, donc, les droits sont partagés entre :
             Antoine Hyacynthe de MAINVILLE époux de Jeanne Françoise de LAMETH,
             Charles marquis de CHATELET (ou de CHASTENAY) ( d'or à la bande de gueules chargée de 3 fleurs de lys dans le sens de la bande) époux de Catherine de LAMETH
             Gabrielle de BUSSY-LAMETH
             La famille de MAINVILLE ( de gueules au chevron d'argent chargé en pointe d'un lion de sable et accompagné de 3 harpes d'or posées 2 et 1) va regrouper la seigneurie entre partage en 1683.
       Je cite donc: un comte de MAINVILLE e, 1716 et 1743 (fils de Hyacinthe 1er et Jeanne Françoise.)
      Suis Antoine Hyacinthe II comte de MAINVILLE en 1761.
     Mais à cette date, la seigneurie est à nouveau morcelée puisqu'on relève en 1758 le Marquis de PONT SAINT PIERRE et son frère le Marquis de RONCHEROLLES et en 1760 et 1761, Claude Thomas Sybille Gaspard Dorothée de RONCHEROLLES.
       En 1764, Antoine Hyacinthe II de MAINVILLE vend ses droits (le moulin , 300 arpents de terre et une rente de 18 livres) à Jean-Nicolas de BOULLONGNE propriétaire de la ferme de la MARDELLE.
      Désormais ses armes de gueules à un tour d'argent et un chef d'azur chargé de 3 étoiles d'or vont reigner sur le fief d'Ossey jusqu'à la révolution. Son fils Paul Esprit Charles de BOULLONGNE ne jouira pas longtemps des droits dont il hérite en 1785.
 
A voir cette recherche sur la famille BOULLONGNE
 
       Avant d'abandonner cette période, je dois encore évoquer les difficultés financières de la paroisse. J'ai relaté plus haut que les habitants devaient payer une rente à un emprunt fait auprès de dame LUIRON en 1598. En 1755, un sieur LECLERC, propriétaire à OSSEY, élève à ce sujet de nouvelles prétentions. D'où l'instance jugée le 10 juin 1760 aux Requêtes de l'Hotel qui confirment le caractère ratachable de la rente. Mais le procès a entrainé des frais d'où la nécessité de nouveaux emprunts : 4623 livres puis 11400 !
       Le 6 juin 1775, l'assemblée des habitants demande l'autorisation d'emprunter 16000 livres pour rembourser LECLERC de sa rente. Celui-ci a effermé cette rente  au prix exorbitant de 2400 livres soit beaucoup plus que les intérêts à payer sur l'emprunt de 16000 livres excompté.
       Finalement, le 12 février 1767, le roi autorise, par lettres patentes les habitants à emprunter 17000 livres pour acquitter plusieurs dettes de la commune.
Chercher
La 1ère moitié du XIXème
La Réforme
Le Second Empire
La Guerre de 1939-1945
La IIIème République
Visitez nos fleurissements
Bienvenue sur le site officiel de la commune d'OSSEY-LES-TROIS-MAISONS
L'Empire
La Monarchie absolue
Extrait des archives municipales collectées, assemblées et rédigées par M.Favin, ancien instituteur et ancien secrétaire de Mairie.
Le Moyen Age
La Guerre 100 ans
La Gaule
La Préhistoire
Accueil
Contacter le Webmaster
A propos
Mentions légales
Mettre le site dans mes favoris (Ctrl+d)
Plan du site
Copyright 2005-2018   V2.70